VIDEOBAR #35 : Alice Fargier

This post is also available in: English (Anglais)

 

Alice dans ma tête

 20/01/15 – 18H30 – ENTRÉE LIBRE

 

À L’ENSACF – ECOLE Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand (ENSACF) 71 Cote Blatin – Clermont Ferrand

 

Le 20 Janvier, en partenariat avec l’ENSACF, VIDEOFORMES présente un rendez-vous en deux parties avec l’artiste Alice Fargier : une projection suivie d’une performance intitulée « Alice dans ma tête » à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture. La performance sera suivie par un moment d’échange avec l’artiste.
Alice se filme. Mais qui est Alice ? Un personnage tout droit tiré du roman de Lewis Caroll ou l’artiste elle- même? Quoiqu’il en soit, elles ont en commun la rêverie, une grande faculté à s’extraire du monde pour mieux l’appréhender et le penser. Alice travaille dans un open-space et trouve comme terrain de liberté son esprit. Elle poursuit ses voyages mentaux et intersidéraux où qu’elle soit : une galerie d’art contemporain, sa résidence d’artiste, une forêt, le métro, son lit etc… Et bientôt devant vos yeux en chair et en os… pour un voyage mental collectif.

 

Alice Fargier est franco-suisse Après deux années
dans les classes préparatoires littéraires
hypokhâgne et khâgne, elle entre au département
cinéma de l’Université Paris 8 Vincennes : la liberté
du lieu et le climat international lui inspirent son
court métrage de diplôme de master: Deux
visages. Elle y explore la question de l’intime par
l’histoire d’une rencontre entre un enfant, fils
d’écrivain érotique et une jeune mexicaine égarée
à Paris. Elle collabore ensuite avec le réalisateur
Srinath Samarasinghe à l’écriture de son scénario
de long métrage Un nuage dans un verre d’eau
(Avenue B productions) et en fait le making of. Elle
travaille aussi en tant qu’assistante mise en scène
sur des longs métrages de cinéastes asiatiques qui viennent tourner à Paris : Hong Sang Soo (Nuit et jour) et Tsai Ming Liang (Visages). Puis elle intègre La Maison de la Radio et entame un travail de créations sonores pour France Culture : Alma voit les sons (Les Passagers de la Nuit), Nasim, ou le désir en mouvement (L’Atelier de la Création), Esprit libre, portrait d’une génération de cinéastes (Sur les docks). Elle signe également des vidéos aux frontières de la fiction et de l’essai : Alice dans ma tête (Prix VIDEOFORMES 2013) et Entre les cours de Jean-Henri, en hommage au cinéaste Jean-Henri Roger. Le mur et l’eau, son premier court-métrage documentaire est en sélection dans de nombreux et prestigieux festivals internationaux (Visions du réel, Karlovy vary, IDFA etc…).
Actuellement en résidence d’artiste financée par la DRAC d’Auvergne et la Région Auvergne, et portée par VIDEOFORMES au lycée Germaine Tillion à Thiers, elle explore la question du portrait et de l’autoportrait en donnant une suite à Alice dans ma tête.

 

 

Alice Fargier est franco-suisse Après deux années
dans les classes préparatoires littéraires
hypokhâgne et khâgne, elle entre au département
cinéma de l’Université Paris 8 Vincennes : la liberté
du lieu et le climat international lui inspirent son
court métrage de diplôme de master: Deux
visages. Elle y explore la question de l’intime par
l’histoire d’une rencontre entre un enfant, fils
d’écrivain érotique et une jeune mexicaine égarée
à Paris. Elle collabore ensuite avec le réalisateur
Srinath Samarasinghe à l’écriture de son scénario
de long métrage Un nuage dans un verre d’eau
(Avenue B productions) et en fait le making of. Elle
travaille aussi en tant qu’assistante mise en scène
sur des longs métrages de cinéastes asiatiques qui viennent tourner à Paris : Hong Sang Soo (Nuit et jour) et Tsai Ming Liang (Visages). Puis elle intègre La Maison de la Radio et entame un travail de créations sonores pour France Culture : Alma voit les sons (Les Passagers de la Nuit), Nasim, ou le désir en mouvement (L’Atelier de la Création), Esprit libre, portrait d’une génération de cinéastes (Sur les docks). Elle signe également des vidéos aux frontières de la fiction et de l’essai : Alice dans ma tête (Prix VIDEOFORMES 2013) et Entre les cours de Jean-Henri, en hommage au cinéaste Jean-Henri Roger. Le mur et l’eau, son premier court-métrage documentaire est en sélection dans de nombreux et prestigieux festivals internationaux (Visions du réel, Karlovy vary, IDFA etc…).


Actuellement en résidence d’artiste financée par la DRAC d’Auvergne et la Région Auvergne, et portée par VIDEOFORMES au lycée Germaine Tillion à Thiers, elle explore la question du portrait et de l’autoportrait en donnant une suite à Alice dans ma tête.

Partager :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest